Les fleurs, les cafés, les étudiants… Ces vélos colorés qui jonchent les rues par centaines, tel un petit Amsterdam. L’architecture des colleges ayant conservé le charme suranné des bâtisses Renaissance.

La visite de Cambridge se savoure. Il faut prendre son temps.

Louer un vélo ou apprécier la lenteur de la balade en punt sur la River Cam (qui a d’ailleurs donné son nom à la ville de Cambridge).

Si le temps sait être capricieux dans cette ville du nord de l’Angleterre, la pluie confère néanmoins à la cité universitaire un charme absolu, nous projetant dans le plus romanesque des lieux. Cambridge, c’est en effet l’endroit du rêve, du roman.. du conte même. A se promener entre les différents colleges, on se croirait dans l’un des romans de Conan Doyle, à suivre Sherlock Holmes au détour de quelque rue d’architecture gothique, ou à découvrir quelque mystère enfoui depuis des siècles.

Quant aux habitants de Cambridge, leur hospitalité est égale à celle, légendaire, du peuple anglais. Toujours à se plier en quatre dans l’espoir de vous rendre service, de vous aider, à vous appeler love, ou dear. Sans parler de leur politesse, poussée à l’extrême. Les british people sont amoureux de leur pays, et cette passion est contagieuse. Quel bonheur de passer un séjour là-bas!

Cambridge et son histoire:

Fondée en 1209 par des étudiants qui fuyaient les violences d’Oxford, l’université de Cambridge,  comme celle d’Oxford sa rivale, devient rapidement l’emblème du système universitaire élitiste anglais.

La rivière, the Cam, donne son nom à la ville de Cambridge. (Comprenez littéralement, le « pont sur la Cam »).

De grands noms, tels que Lord Byron ou encore John Milton y ont fait leurs études. Au XIXe siècle, les études supérieures étaient réservées à la gent masculine, et seuls les jeunes gens d’une classe sociale élevée et aisée allait dans l’une des deux grandes universités (Cambridge ou Oxford). L’ambiance y était érudite, certes, mais très festive malgré tout. Pour l’anecdote, on raconte que, les animaux domestiques étant interdits dans les dortoirs des étudiants, un petit futé nommé Lord Byron aurait amené dans l’enceinte du college un véritable ours brun, prétextant que celui-ci n’étant pas un animal domestique, il n’enfreindrait donc pas le règlement intérieur.

Les premiers colleges pour femmes apparaissent en 1869. Sur trente et un colleges, seuls trois sont réservés aux femmes. C’est seulement en 1947 que les femmes deviennent considérées comme des membres à part entière de l’université.

Aujourd’hui, Cambridge possède encore une renommée mondiale dans le domaine universitaire, et son intégration est encore très difficile (et coûteuse !). Seuls les meilleurs élèves y sont recrutés.

Pour la petite histoire, le Prince de Galles, Charles de Windsor, ayant eu des résultats trop mauvais, celui-ci se vit refuser l’admission à Cambridge. C’était sans compter la grande influence de sa mère, la chère Elizabeth II Queen of England, qui par une simple lettre de recommandation, permis à son fils aîné d’intégrer la célèbre université. Le jour de la rentrée, le cancre arrive, en toute discrétion, en hélicoptère sur l’une des pelouses centrales d’un des colleges. Morale de l’histoire: Merci maman ! Et le piston…


Une journée à Cambridge:

8h05: Un petit déjeuner au Senate, à la décoration bleue très arty, où vous pourrez déguster d’excellents pancakes.

10h22: La balade en punt sur la River Cam, qui vous fera découvrir l’histoire des colleges de la ville, contée par un charmant étudiant anglais, coiffé d’un canotier.

12h04: Shoppez à la librairie Waterstones, une véritable institution à Cambridge, pleine de livres en tout genre, et de goodies littéraires et de papeterie. Le plus, un salon de thé se trouve à l’étage (le repère des étudiants). (Même si la librairie Blackwell’s d’Oxford est mon goût indétrônable)-

13h02:Visite des colleges de la ville (Christ’s, King, Magdalene…), à faire absolument. 

16h38: Un goûter à Fitzbillies, la pâtisserie légendaire de Cambridge. Goûtez y le carrot cake, ou les Chelsea Buns.

17h32: Faites un tour au Fitzwilliam Museum !

19h50: Dînez au pub traditionnel  The Free Press situé dans les backstreets de Cambridge. Celui-ci abritait à l’origine une presse qui servait à imprimer des journaux. (Oui, attention aux horaires des restaurants, les anglais dinent très tôt, et passé 21h, il n’est souvent plus possible de commander). Dégustez-y les scotch eggs (oeufs entourés de panure), la spécialité de l’établissement !

21h43: Dansez sur le rooftop du restaurant Revolution (quand le temps le permet). L’ambiance y est électrique et les cocktails délicieux.