Pourquoi écrire un blog ? Filmer une vidéo et la poster sur youtube ? En d’autres termes, pourquoi documenter sa vie (chose que nous faisons tous en capturant un cliché), et la livrer en un clique aux yeux (potentiels) du monde entier ? Telle est la question…

Tout d’abord, il me semble que lorsque l’on « poste », la dimension world wild n’est pas vraiment présente. En l’occurrence, au moment même où j’écris, je le fais avant tout pour moi, comme une sorte d’auto-thérapie. Mais pourquoi ne pas rédiger un journal intime, que je garderais pour moi, me direz-vous. Pour une raison simple: le partage. Le but n’est pas de devenir une super star, ou de gagner de l’argent (du moins pas pour tout le monde). Lorsque quelqu’un écrit en dessous de votre article qu’il a déjà expérimenté la même chose que vous, qu’il traverse les mêmes problèmes ou les mêmes questionnements, et quelle solution celui-ci a pu trouver, cela procure un sentiment indescriptible. Et le fait que ce partage soit anonyme permet à mon sens une forme de liberté, un espace sûr dans lequel on peut dire sans être jugé. Bien sûr, il y a aussi l’effet inverse. Les commentaires ne sont pas tous remplis de tendresse. Cet anonymat que permet internet laisse aussi la porte ouverte aux injures et commentaires haineux. Je pense qu’il faut relativiser tout ça. C’est en général de la pure jalousie. Après tout, ces gens là ne vous connaissent pas, ne connaissent pas votre vie, votre vie réelle. Car oui, ce que l’on poste, ce que l’on documente est, à l’image d’une autobiographie, forcément biaisée. On ne rend pas compte de qui l’on est à 100%, on améliore les traits de personnalité, on occulte les petits défauts, les choses tristes ou banales. Dans un vlog (vidéo sur son quotidien), on ne peut voir que 10% de la journée du youtuber en question. Cela nous laisse souvent l’impression que sa vie est renversante, jonchée d’activités et de bouleversements, ou bien pour certaines instagrameuses, que leur vie est tout simplement parfaite. Il existe aujourd’hui assez d’articles qui dénonce cela et vous montrera que ce n’est absolument pas vrai. Tout n’est qu’illusion, mais encore une fois, c’est précisément l’intérêt de ce blog. Donner à voir de l’illusion car c’est de cela qu’est fait le rêve…

Voilà, finalement ce blog a pour moi la vocation d’un grand partage. J’ai envie de partager ici les choses que j’aime, mes envies, mes rêves.. Peut-être aussi partager avec vous certains petits tracas, sans en faire ni un bureau des pleurs, ni un confessionnal. Je souhaite que cela reste simple et que vous me racontiez vous aussi vos propres expériences.

Cela étant dit, laissez moi vous raconter mon coup de coeur de la journée. Ce matin, je me suis levée en trombe pour aller voir le documentaire sur Benjamin Millepied (étant maintenant munie de la carte UGC illimité, je peux et dois aller voir des films à gogo, quel bonheur!). Ce film donc, La Relève, histoire d’une création, était un vrai coup de cœur. Une réalisation au top avec un montage donnant des palpitations et une musique me rappelant beaucoup les films très énergiques de Valérie Donzelli. Un vrai bonheur de voir l’arrivée de ce prodige mettre un coup de jeune dans cet Opéra poussiéreux, ancré dans des principes désuets tels que l’unité de blancheur de peau dans un corps de ballet. Un régal de voir la gestation d’une oeuvre, jusqu’à sa naissance lors de sa représentation devant un public. Prendre conscience de l’immense travail en amont pour produire une poussière d’étoile d’à peine trente minutes. Allez le voir, amateur de danse ou non, ce docu/film vous rebooste pour la journée et vous donne envie vous bouger et d’être productif.

Je vous laisse sur ces mots, m’en allant regarder le dernier épisode de l’excellente série Easy, dont je vous reparlerai prochainement.